Les sources des polluants de l’air intérieur

source polluant air intérieur

Les sources des polluants de l’air intérieur

Lorsqu’il est question de pollution, nous pensons avant tout à celle causée par le gaz d’échappement des voitures ou par la fumée des usines. Pourtant, cette pollution extérieure serait moins dangereuse que celle contenue dans notre maison, notre bureau, ces espaces clos où nous passons près de 80% de notre journée. L’air intérieur contient une quantité importante de substances polluantes provenant de sources chimiques ou biologiques.

Les polluants chimiques et leurs sources

Composés organiques volatiles (COV)

Les COV regroupent les substances d’origine naturelle (fermentation, émission des plantes par exemple) ou humaine comme la fumée de tabac. Les composés organiques volatiles proviennent de différentes sources telles que les matériaux d’isolation et de construction ; les revêtements au sol et aux murs ; la peinture et les mobiliers ou encore les activités des occupants.

Monoxyde de carbone

Chauffer une pièce ou cuisiner sont possibles grâce à des appareils de chauffage et de production d’eau chaude par combustion. Des installations mal réglées ou usagées rejettent différentes substances nocives dans l’air telles que le monoxyde de carbone. L’inhalation de ce gaz provoque une intoxication potentiellement mortelle.

Pesticides

Pour traiter le bois ou les plantes, lutter contre les moustiques, les puces ou même les poux, les pesticides sont souvent utilisés en quantité et représentent une source importante de pollution intérieure.

Les polluants biologiques et leurs sources

Moisissure

Présente sur les murs ou les joints de la salle de bain, la moisissure se développe dans une pièce humide et mal aérée. Au-delà des dégâts matériels, la moisissure représente un danger pour votre santé : ses spores provoquent des problèmes respiratoires, des réactions allergiques ou des mycoses.

Légionelles

Les légionelles sont les bactéries à l’origine de l’infection respiratoire appelée légionellose. Les légionelles se développent dans les réseaux d’eau chaude, les systèmes de climatisation, les humidificateurs ou encore les tours aéro-réfrigérantes.

Radon

Ce polluant méconnu est pourtant l’un des plus préoccupants. Substance naturellement présente dans le sol, le radon émane des sous-sols granitiques et volcaniques, ainsi que de certains matériaux de construction.

Comment améliorer la qualité de l’air intérieur

Réduisez l’émission de polluant

Vous avez certainement déjà remarqué que certains produits de construction ou de décoration portent une étiquette avec les lettres A+, A, B ou C. Choisir d’acheter un produit A+ revient à réduire l’émission de composés organiques volatils (COV) dans votre habitation ou votre espace de travail.

Respectez les précautions d’emploi des produits d’entretien

Ammoniaque, eau de javel, décapant pour les fours ou encore déboucheur de canalisation, les produits d’entretien ont des composants nocifs, inflammables, voire toxiques. En respectant les consignes de dosage et en aérant correctement l’espace concerné, vous réduisez le risque de polluer l’air intérieur.

Évitez l’introduction de l’humidité

L’humidité provoque le développement de moisissures, d’acariens et de différentes bactéries. Elle s’accumule avec les dégâts des eaux, une mauvaise isolation ou simplement le fait de faire sécher son linge dans un espace clos.

Renouvelez l’air intérieur

En complément des gestes préventifs pour réduire l’émission de polluants, il est important d’aérer régulièrement votre lieu de vie ou de travail. L’installation d’un système mécanique de ventilation (VMC) garantit l’amélioration de la qualité de l’air intérieur (QAI).

Besoin de conseils ou d’une intervention pour garantir la qualité de votre air intérieur ?

Retrouvez votre agence France Hygiène Ventilation la plus proche de chez vous !

Pas de commentaire

Désolé, les commentaires sont fermés

Show Buttons
Hide Buttons